Votre enfant suce son pouce : que faire ?

Pourquoi bébé suce son pouce ?

Avec l’apparition des moyens modernes d’exploration in vitro, on constate très souvent que le fœtus suce déjà son pouce dans le ventre de sa mère. Il s’agit donc d’un geste tout à fait naturel. Tout le monde sur bebelange.fr connaît les conséquences que la succion prolongée du pouce ou d’une tétine peut avoir sur la future dentition de l’enfant. Le palais se déforme et l’implantation des dents se fait mal, ce qui va le conduire quelques années plus tard vers des traitements d’orthodontie.

Ces traitements sont longs, le plus souvent plusieurs années, et pénibles avec la pose d’appareillages disgracieux et difficiles à supporter et à gérer au quotidien avec la nourriture qui s’y incruste. Bien sûr tout parent a envie d’éviter cette situation à son enfant, mais se trouve démuni devant la tâche qui consiste à l’empêcher de sucer son pouce ou tout autre objet transitionnel. Le fait de sucer à un effet apaisant sur le bébé. Si, au-delà de la petite enfance, votre enfant suce son pouce, c’est la plupart des cas par simple habitude ou parce que c’est le moyen le plus simple pour lui de se rassurer quand il en a besoin.

Quelle méthode pour l’aider à arrêter de sucer son pouce ?

Comme en toute matière éducative, il n’y a pas de bonne méthode universellement applicable à tous les enfants pour les accompagner à se défaire de leur habitude de sucer le pouce. Toute méthode coercitive est certainement vouée à l’échec.

Nombre de parents ont essayé les vernis au mauvais goût ou autres enduits désagréables au palais. Les enfants arrivent à détourner facilement ces artifices. Rien ne vaut le dialogue lorsque l’enfant commence à être en capacité de comprendre les enjeux. S’il ne se sent pas culpabilisé ni humilié, il sera beaucoup plus enclin à comprendre ce qui lui est demandé. On peut par exemple, lui demander d’arrêter de sucer son pouce pendant quelques heures de la journée définies à l’avance et le féliciter chaudement s’il y arrive.

Ces périodes seront alors rallongées au fur et à mesure. Le fait d’obtenir une victoire sur lui-même va valoriser l’enfant et s’il s’agit juste d’une mauvaise habitude, le problème se réglera rapidement et sans douleur. S’il suce son pouce pour se rassurer, les choses seront un peu plus compliquées, mais également solubles par le dialogue et il conviendra de trouver un dérivatif où les deux mains seront occupées. L’essentiel dans ce genre de démarche est de dédramatiser.