Etre expatriée et mère, quelle galère !

L’expatriation fait rêver et pourtant cette situation entraîne une perte de repères et une adaptation constante, parfois difficile. Surtout en tant que mère. En effet, il n’est pas simple de respecter les obligations de ce rôle dans un cadre inconnu. Il faut gérer tous les changements familiaux (école, maison, etc.) dans un environnement nouveau.

Les femmes d’expatriés suivent souvent leur mari. Elles doivent alors renoncer à leur propre carrière. Un décalage se créé ainsi parfois entre la femme frustrée et son mari épanoui qui ne comprend pas les souffrances de son épouse. Celle-ci peut alors se renfermer sur elle-même et se sentir très seule.

Gérer son stress

La femme d’expatrié doit gérer son stress dû à la perte de repères ainsi que celui de ses enfants. Elle porte sur ses épaules beaucoup de pression qu’elle ne peut parfois pas partager (le mari ne vivant pas le choc de l’expatriation de la même manière et ses amis l’enviant de son statut de femme d’expatrié).  Elle se sent alors impuissante face à une situation qu’elle ne contrôle pas. La peur de l’échec et le sentiment d’insécurité sont des émotions souvent exprimées par les femmes d’expatriés. Il arrive aussi fréquemment que celles-ci ressentent une forte anxiété entrainant des symptômes tels que des troubles du sommeil et alimentaires, des attaques de panique, des douleurs somatiques comme des maux de tête, de dos ou des problèmes gastriques.

Les mamans expatriées qui vivent ces bouleversements ont parfois également des difficultés relationnelles tant avec leur(s) enfant(s) qu’avec leur conjoint ou leurs proches. En effet, elles ont honte de ne pas réussir à gérer la situation. Elles croient être de mauvaises mères, de mauvaises épouses, de mauvaises filles et amies en culpabilisant d’être loin de leur famille et de leurs proches. Elles n’osent pas en parler de peur d’être jugées et souffrent en silence, en attendant que le temps passe. Pourtant, au fond d’elles-mêmes, le besoin d’être soutenue se fait de plus en plus pressant.

Si vous êtes mère expatriée et que vous vivez ces difficultés, il est nécessaire de rechercher de l’aide auprès de proches et/ou d’un professionnel. Le psychologue est formé pour vous accompagner avec bienveillance, vous écouter et vous comprendre dans un cadre sécurisant. La psychothérapie peut vous aider à reprendre confiance en vous et vous épanouir dans votre vie d’expatriée.

Certaines familles ou cultures dévalorise l’expression des émotions estimant que parler de soi est un signe de faiblesse. Mais sachez que la vérité est bien différente. Parler de soi c’est apprendre à se connaitre pour évoluer dans le bon sens, s’épanouir, se sentir mieux avec soi et avec les autres. Je vous encourage donc vivement à faire cette démarche et entreprendre une thérapie qui vous sera bénéfique à vous et à toute votre famille.

Etre expatrié c’est sortir de sa zone de confort et se confronter à ses propres limites. Dans la situation d’expatriation, les émotions sont décuplées. Partager vos difficultés avec vos amis et/ou avec un professionnel vous libèrera d’un poids trop lourd à porter seule.